Écriture automatique

Je me perds avec délice dans les jeux de miroir de la vie, me laissant balloter au hasard des vagues de l'envie


Je ne suis plus que corps désarticulé flottant entre deux eaux, rougies de mon sang
Demanderais-je trop d'amour aux autres ?
Je souffre d'aimer et d'être aimé
Mais je sais que j'aime souffrir, de cette souffrance qui vous prend à la gorge et vous laisse épuisé
C'est une manière de lutter contre la mort
Mort si douce ?
Mort si belle ?
Je ne la crains pas...

La vie m'a montré que seul l'amour est plus froid que la mort, et que la seule crainte à  avoir c'est de se poser la question : Mais quelle personne puis-je nommer quand on me parle d'amour ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://blog.neurozone.fr/index.php/trackback/14

Haut de page