La bête

C’est un péché !

Je suis la bête, je suis moi
je suis aussi Toi

Un et multiple, mais indivisible
Ce sont ces facettes que j’ai reconstruites

Après m’être détruit…
Tu es faible et je suis Toi, je suis la bête
Tu es mon côté sombre et tu es moi, je suis Moi
Je suis ta part féminine, cachée, et je suis toi

Nous somme la bête, l’homme et la femme,
Et cela à jamais.

Assume, assume ! Assume !!

Tu es nous, nous sommes toi, en un corps détesté

Tu aimes les autres parce que tu te déteste, mais tu déteste les autres

La rose se flétrit et disparait au fil du temps

Mais tu l’as retrouvée chez une autre
Esclave ! La bête te hais !
La femme te pousse à aimer
Et l’homme cherche à contrôler ces voix

Maudites ! Je vous détruirais !
-Ce serait te détruire ?
-Le jeu en vaut la chandelle

Qui es-tu ?

Nous sommes toi…
La rose se fane, prends garde