La chute de l’ange

Un théâtre plongé dans l’ombre.
Une petite zone éclairée faiblement au centre.
Et au centre, aussi, se tient un ange déchu, devenu humain, trop humain
Ses ailes sont brisées et les plumes noires.
» Un ange est un être immortel et les souvenirs sont toujours présents « .
Autour de lui, un homme, une femme
L’ange est enchaînéné et subit sans un cri leurs assauts, il n’a plus de voix
Il aime et déteste l’homme, la femme
Deux avatars de son imagination, qui sont là pour le torturer encore et encore, pour lui faire sentir ses péchés.
Ils ont commencé par les ongles, les arrachant un à un.
Armés de leurs lames plus tranchantes que l’amour, ils ont parcouru son corps en gravant au plus profond de sa chair le fait que l’amour soit un leurre.
L’homme et la femme sont des reflets de sa souffrance, qu’il s’inflige à lui-même
Hérissé d’aiguilles d’où perlent des gouttes de sang
Ce n’est pas suffisant, il veut souffrir encore.
Hélas, un ange est immortel
D-un commun accord, les yeux lui furent crevés, arrachés et jetés par terre pour qu’ils pourrissent sur place
Et toujours ce n’est pas suffisant
La farce dure
Ils firent pleuvoir des larmes sur ses plaies, afin que la souffrance soit éternelle
Les tendons coupés, il tomba à genoux, et malgré la douleur, l’amour était pire encore
Et il aimait
Et il détestait
L’homme et la femme sourirent et lui ouvrirent les veines.
Le sang aux pieds de l’ange formait un miroir, mais il ne pouvait plus voir sa propre image
Celle d’un ange déchu par l’amour
Et la musique lancinante fend l’air de ses notes aigrelettes
… Et mon cœur encore une fois brisé d’une amourette
……Se hait encore et encore… et souhaite voir s’exsuder le flot rouge à tout jamais
……… Et les mots sonnent creux, comme l’odeur du vent d’un mois de mai…
Mais ce n’était pas suffisant
Ils sourirent de nouveau et une rose noire apparu dans son cœur
Se gorgeant de son amour, de sa haine
Et fut forcée de fleurir
La douleur devint une amie éternelle
La rose resplendissait de mille feux
Avant de se faner, encore plus sèche que ses joues
Et le cycle recommença
Et l’ange hurla
Il eut l’éternité pour cela

Sur un feu de paille… – Chagrin d’amour

Et la musique lancinante fend l’air de ses notes aigrelettes
…Et mon coeur encore une fois brisé d’une amourette
……Se hait encore et encore…et souhaite voir s’exuder le flot rouge à tout jamais
………Et les mots sonnent creux, comme l’odeur du vent d’un mois de mai…

Ode à une Rose – écriture à deux mains – Kaoru & Kitsu

Ma partie

Tu es une rose encore inconnue qui est fichée en mon cœur
Je ne demande qu’à  te connaitre mieux pour te chérir et te faire éclore
Quand je te voit je ne peux m’empêcher de te trouver belle
Et tes pensées à  l’unisson des miennes
Me disent que je t’aime
Mais je crains que tu me rejette
Et en moi se forme un sentiment plus froid que la mort, que seul ton amour pourra faire s’éveiller
Je voudrais me fondre en toi

Partie de Kitsune

Deux âmes énamourées
Se retrouvent souvent apeurées
Dès qu’il s’agit de sentiments
Dès qu’il s’agit de faire comme les grands
C’est , j’en mettrais ma main à  couper
Le cas de deux de mes amitiés
Que je n’ai pas , je pense à citer,
Si je pouvais seulement leur expliquer
Que l’amour n’est pas si compliqué
Qu’il n’y a pas à avoir peur de s’aimer
Alors , j’en serai heureux
Car je pourrais les voir tout les deux

Ka & Kitsu

Poème – L’enfant qui criait JE au fond de moi

L’enfant qui criait JE au fond de moi

Je t’aime, tu me hais, tu aimes les autres
Je te hais, tu m’aimes, tu hais les autres
Comment peux tu vivre ainsi ?
Pourtant tu ne veux pas vivre, mais tu n’a pas le courage de mourir
Tu as essayé de me détruire
Mais quoi qu’il en soit, je serai toujours en toi, la dernière parcelle d’innocence au fond de toi, de ton âme damnée
Tu cherches à vivre au travers de l’amour, au travers de la douleur, maintenant, seul ceci te donne l’impression de vivre. En toi ces deux sentiments se confondent jusqu’a n’en former plus qu’un, celui du plaisir
Et tu fuis le bonheur
Mais tu veux aimer les autres
Tu vois ta rose noire en chaque être
Existe-t-elle réellement ?
Peut-être, mais…
La rose se meurt
Les pétales tombent parmi les feuilles
Fond toi en moi
En des images d’une beauté sans amour
En des profils éclairés en silhouettes écarlates
Oui, fonds toi en moi, car je suis l’enfant qui hurlait en l’amour au fond de toi
Je suis la bête qui criait JE au fond de toi
Ta main pour toujours mienne
Plonge moi dans le sang et les larmes
Et meurs avec moi encore une fois
Depuis ce jour où tu m’as fait perdre l’innocence de mon état, celui de l’enfance
Les enfants au fond de toi ne jouent, ne rient, ne dansent
Et ne chantent plus.
Méfie toi mon ange noir, mon ange déchu
De ceux qui sont moins miséricordieux que moi
Je suis l’enfant qui criait en l’amour

La lame mêlée de haine et d’amour dans ton coeur
Chaque jour s’enfonce un peu plus
Et tu ne peux la retirer sans renoncer au plaisir, sans succomber
Ainsi, méfie toi mon ange brisé
De ceux qui sont moins miséricordieux que moi
Car je suis l’enfant qui criait JE au fond de toi

Kaoru, le 05.01.04

Entendu dans un couloir…Sur l’orthographe des jeunes

Un mec qui passe en discutant avec une fille :
-« Oui j’ai bien du lire ce livre pendant une heure »
-« Ah oui tu l’a lis pendant une heure c’est beaucoup »
-« Oui j’ai tout lis en une heure »

Bon alors je ne sais pas si ils plaisantaient car ils avaient un visage de marbre mais ça me fait peur…Pas vous ?

De même, dialogue sur l’orthographe au lycée avec 2 filles de ma classe:
Moi : « C’est très important l’orthographe dans la vie »
Elles en coeur : « Non ça ne sert à rien, si tu comprends ce qu’on écrit c’est suffisant »

Fin de la conversation….Laissant un Ka un peu tristounet…Et effrayé…

John Keats РMa main que voici vivante РVersion anglaise et fran̤aise

This Living hand

This living hand,now warm and capable
Of earnest grasping, would, if it were cold
And in the icy silence of the tomb,
So haunt thy day and chill thy dreaming nights
That you wouldst wish thine own heart dry of blood
So in my veins red life might stream again
And thou be conscience-calm’d – see here it is –
I hold it towards you

Traduction :

Cette main que voici vivante

Ma main que voici vivante, chaude, et capable
D’étreindre passionnément, viendrait, si elle était raidie
Et emprisonnée au silence glacial du tombeau,
A ce point hanter tes jours et transir les rêves de tes nuits,
Que tu voudrais pouvoir exprimer de ton propre coeur jusqu’à la dernière goutte de sang,
Pour que dans mes veines le flot rouge fasse de nouveau couler la vie
Et que ta conscience s’apaise. Regarde, la voici !
Je la tends vers toi

John Keats (Hiver 1819-1820)

Je dois dire que je n’aurais pas traduit tout à fait comme ça (la traduction au dessus n’est pas de moi), mais plutôt comme cela :

Ma main que voici vivante, chaude, et capable
D’étreindre passionnément, viendrait, si elle était raidie
Et dans le silence glacial de la tombe
Ainsi hanter tes jours et transir tes rêves
Que tu souhaiterais assécher ton propre coeur jusqu’à la dernière goutte de sang
Pour que de nouveau le flot rouge de la vie puisse couler dans mes veines
Et que ta conscience se calme – regarde, la voici –
Je la tend vers toi

Voilà ma traduction 🙂

Ka

John Keats – Ma main que voici vivante – Version anglaise et française

This Living hand%%% %%% This living hand,now warm and capable%%% Of earnest grasping, would, if it were cold%%% And in the icy silence of the tomb,%%% So haunt thy day and chill thy dreaming nights%%% That you wouldst wish thine own heart dry of blood%%% So in my veins red life might stream again%%% And thou be conscience-calm’d – see here it is -%%% I hold it towards you%%% %%% Traduction :%%% %%% Cette main que voici vivante%%% %%% Ma main que voici vivante, chaude, et capable%%% D’étreindre passionnément, viendrait, si elle était raidie%%% Et emprisonnée au silence glacial du tombeau,%%% A ce point hanter tes jours et transir les rêves de tes nuits,%%% Que tu voudrais pouvoir exprimer de ton propre coeur jusqu’à la dernière goutte de sang,%%% Pour que dans mes veines le flot rouge fasse de nouveau couler la vie%%% Et que ta conscience s’apaise. Regarde, la voici !%%% Je la tends vers toi%%% %%% John Keats (Hiver 1819-1820)%%% %%% %%% Je dois dire que je n’aurais pas traduit tout à fait comme ça (la traduction au dessus n’est pas de moi), mais plutôt comme cela :%%% %%% Ma main que voici vivante, chaude, et capable%%% D’étreindre passionnément, viendrait, si elle était raidie%%% Et dans le silence glacial de la tombe%%% Ainsi hanter tes jours et transir tes rêves%%% Que tu souhaiterais assécher ton propre coeur jusqu’Ã la dernière goutte de sang%%% Pour que de nouveau le flot rouge de la vie puisse couler dans mes veines%%% Et que ta conscience se calme – regarde, la voici -%%% Je la tend vers toi%%%

Paroles et traduction de Autumn Tears – The dance

The Dance

La rose se meurt…
Les pétales tombent parmi les feuilles
Fond toi en moi,
En des images d’une beauté sans amour
Et des profiles éclairés en silhouettes écarlates
Ta main pour toujours mienne

Dance with me but one more time.
Embrace the silence as I die.
Never mend my broken wings
And never hear the children sing

The blade depeens, the shame weaken us.
They gather and dream of passion and vengance
The duality is all that remains.
We are death, and death shall be our only companion.
Death shall be our only companion.

Frozen cries fill the air,
Must we die without despair ?
Another dream flowing with lies,
Bleeding souls, bleeding eyes.

Plonge moi dans le sang et les larmes
Et meurt avec moi encore une fois.
Les enfants ne jouent, ne rient, ne dansent
Et ne chantent plus.

Frozen skies fill the air.
The children cry without despair
A look of peace shows only lies
Deep within their frozen eyes

Méfiez-vous mon ange brisé
De ceux qui sont moins miséricordieux que moi
La lame s’enfonce..la honte nous affaiblit
Ils se rassemblent et rêvent
De passion et vengeance.

Dance with me but one last time.
Take my hand and cry for light.
Open thy broken wings
And hear the dying children sing…

Traduction des paroles anglaises :

Danse avec moi mais encore une fois.
Embrasse le silence pendant que je meurs.
Ne raccommode pas mes ailes brisées
Et jamais n’écoute les enfant chanter

La lame s’enfonce, la honte nous affaiblit.
Ils se rassemblent et rêvent de passion et de vengeance.
La dualité est tout ce qui reste.
Nous sommes la Mort, et la mort doit être notre seule compagne.
La mort doit être notre seule compagne.

Les larmes gelées remplissent l’air.
Doit-on mourir sans désespoir ?
Un autre rêve s’écoule avec les mensonges.
Des âmes qui saignent, des yeux qui saignent.

Des cieux glacés remplissent l’air.
Les enfant pleurent sans désespoir.
Un air de paix montre seulement des mensonges
Profondément dans leurs yeux gelés

Danse avec moi mais encore une fois.
Prend mes mains et pleure pour la lumière.
Ouvre nos ailes brisées
Et entend les enfants morts chanter…

Autumn Tears – album « Absolution » – The dance © Dark Symphonies – Autumn Tears

Paroles et traduction de Autumn Tears – The dance

The Dance%%% %%% La rose se meurt…%%% Les pétales tombent parmi les feuilles%%% Fond toi en moi,%%% En des images d’une beauté sans amour%%% Et des profiles éclairés en silhouettes écarlates%%% Ta main pour toujours mienne%%% %%% Dance with me but one more time.%%% Embrace the silence as I die.%%% Never mend my broken wings%%% And never hear the children sing%%% %%% The blade depeens, the shame weaken us.%%% They gather and dream of passion and vengance%%% The duality is all that remains.%%% We are death, and death shall be our only companion.%%% Death shall be our only companion.%%% %%% Frozen cries fill the air,%%% Must we die without despair ?%%% Another dream flowing with lies,%%% Bleeding souls, bleeding eyes.%%% %%% Plonge moi dans le sang et les larmes%%% Et meurt avec moi encore une fois.%%% Les enfants ne jouent, ne rient, ne dansent%%% Et ne chantent plus.%%% %%% Frozen skies fill the air.%%% The children cry without despair%%% A look of peace shows only lies%%% Deep within their frozen eyes%%% %%% Méfiez-vous mon ange brisé%%% De ceux qui sont moins miséricordieux que moi%%% La lame s’enfonce..la honte nous affaiblit%%% Ils se rassemblent et rêvent%%% De passion et vengeance.%%% %%% Dance with me but one last time.%%% Take my hand and cry for light.%%% Open thy broken wings%%% And hear the dying children sing…%%% %%% Traduction des paroles anglaises :%%% %%% Danse avec moi mais encore une fois.%%% Embrasse le silence pendant que je meurs.%%% Ne raccommode pas mes ailes brisées%%% Et jamais n’écoute les enfant chanter%%% %%% La lame s’enfonce, la honte nous affaiblit.%%% Ils se rassemblent et rêvent de passion et de vengeance.%%% La dualité est tout ce qui reste.%%% Nous sommes la Mort, et la mort doit être notre seule compagne.%%% La mort doit être notre seule compagne.%%% %%% Les larmes gelées remplissent l’air.%%% Doit-on mourir sans désespoir ?%%% Un autre rêve s’écoule avec les mensonges.%%% Des âmes qui saignent, des yeux qui saignent.%%% %%% Des cieux glacés remplissent l’air.%%% Les enfant pleurent sans désespoir.%%% Un air de paix montre seulement des mensonges%%% Profondément dans leurs yeux gelés%%% %%% Danse avec moi mais encore une fois.%%% Prend mes mains et pleure pour la lumière.%%% Ouvre nos ailes brisées%%% Et entend les enfants morts chanter…%%% %%% %%% Autumn Tears – album « Absolution » – The dance © Dark Symphonies – Autumn Tears

Poème : Larmes d’automne

Larmes d’automne

Les feuilles autrefois vertes sont déjà tombées
Et le soleil d’été s’est couché
Mêlé de couleurs, d’or, de pourpre et de gris
Mais les arbres nus me semblent aigris
Et je sens intensément les larmes couler
Devant toute cette morbide beauté.

Souffre, mon enfant devant ces arbres décharnés
Élevant leurs branches au ciel d’un geste désespéré
Se reflétant sur le chemin moiré des feuilles
Tel un tapis rouge destiné à ton accueil.

Sois attentif, mon enfant, aux gémissements
Des âmes des arbres dans leurs branches
Ceux-ci te veulent depuis longtemps
Ces cadavres décomposés veulent leur revanche
Pour tes larmes de sang, tes larmes d’automne
Qui leur font sentir une douleur monotone.